Page d'accueil
Menu
Partager :

Accessibilité | Flux RSS | Contact |

De nouvelles règles pour préserver l’identité de la commune

Le nouveau Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm), dont l’enquête publique s’est achevée le 19 octobre, entrera en vigueur au printemps prochain. Dans le même temps, le conseil municipal a adopté le 27 septembre dernier le Programme local de l’habitat pour la période 2019-2025.
Publié le lundi 29 octobre 2018

Le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm)

Il permet de construire de nouveaux logements de manière maîtrisée tout en veillant à préserver la nature en ville et le cadre de vie privilégié de la commune. Il prévoit notamment de préserver les zones agricoles et naturelles, d’apaiser la densification, notamment dans les zones pavillonnaires et de limiter les hauteurs maximum autorisées : il n y a pas de niveaux supplémentaires par rapport à l’ancien PLU.

Carte PLum 

1/ Logements collectifs : des règles plus strictes

Les possibilités de construire seront plus contraintes. Le PLUm va obliger les constructeurs à réaliser des immeubles moins imposants : ils devront désormais séquencer les bâtiments pour obtenir des hauteurs diverses et ne pourront plus créer un cube qui prendrait la totalité du gabarit possible. Quand bien même la hauteur pourrait augmenter d’un mètre pour permettre l’implantation de commerces en rez-de-chaussée, la variation des volumes viendra atténuer cette hauteur.

2/ Les hauteurs limitées

En centre-ville, le niveau maximum autorisé pour les collectifs reste le même : R + 2 étages + combles. La hauteur maximum possible des bâtiments augmente d’un mètre pour permettre d’accueillir du commerce en rez-de-chaussée. Pour la ZAC Cœur de Ville et le secteur Ouest Centre-ville, les hauteurs et niveaux restent les mêmes que ceux adoptés lors de la modification du PLU en 2017 : R + 3 étages + combles. Dans les secteurs en lien direct avec le centre-ville (dont une partie de la rue de la Poste ou de la rue des Lauriers), pas de changement non plus des niveaux : R + 1 étage + combles. Sans activité commerciale en rez-de-chaussée, les collectifs ne pourront dépasser 11 mètres de haut.

3/ L’intimité des habitants davantage préservée

Maîtriser l’intégration des nouvelles constructions dans leur environnement, notamment à proximité de bâtiments existants : c’était l’une des problématiques soulevées lors des concertations citoyennes. Désormais, en centre-ville, plus les bâtiments seront hauts, plus la distance avec la clôture de la parcelle devra être importante. Et en zone UMd, la forme pavillonnaire en termes de hauteur et de formes bâties est désormais clairement exprimée. Le respect de l’intimité et de l’ensoleillement, des jardins privés en particulier, est aussi renforcé.

4/ L’identité des hameaux et villages protégée

C’était une préoccupation forte des habitants sur le projet d’aménagement et de développement durable, désormais traduite dans le PLUm. Établi en 2007, le périmètre des villages reste le même pour protéger les zones agricoles. Souvent décriées, les divisions foncières vont y être limitées : la construction de logement en second rideau devient impossible. Par contre, les particuliers conservent la possibilité de réaliser une extension ou une annexe à leur résidence.

5/ L’identité verte de la commune renforcée

Les projets urbains (Cœur de Ville, Sanglerie, ZAC des Vignes...) intègrent tous une partie d'espaces verts généreux pouvant être accompagnés de toitures végétalisées, de dalles plantées… Et le PLUm impose des surfaces éco-aménagées dans chaque projet : les constructeurs ont l’obligation de créer des espaces verts importants dans toutes les opérations, individuelles ou collectives.

Vous avez accès à l’ensemble des pièces du PLUm sur plum.nantesmetropole.fr

Le nouveau Programme de l’habitat (PLH) 2019-2025

Pour faire face au besoin de logements et d’hébergement pour les ménages de l’agglomération, les communes de Nantes Métropole s’engagent sur la production de 6 000 nouveaux logements par an, dont 2 000 logements sociaux, 500 logements locatifs abordables et 700 à 800 en accession abordable. Chaque commune décide des objectifs en matière d’habitat sur son territoire.

1C ZAC-Vignes-7155

1/ La priorité reste le logement social

Avec plus de 30 000 demandeurs en attente de logement à loyer modéré, l’effort de construction va se poursuivre à un rythme soutenu : 2000 nouveaux logements sociaux par an, soit un tiers de la construction totale, avec plus de grands logements familiaux (T5 et plus).

2/ Une offre abordable pour l’accession à la propriété

Une nouvelle offre de logements en accession à la propriété à prix intermédiaire sera développée pour les classes moyennes, qui n’ont pas toujours les moyens d’acheter au prix du marché libre.

3/ Zéro passoire énergétique

Enjeu majeur de la transition, la rénovation énergétique va faire l’objet d'un effort particulier : Nantes Métropole investira 56 millions d'euros sur 10 ans. Les aides à la rénovation des logements seront ainsi multipliées par 14.

4/ Prendre en compte les évolutions démographiques

En 2030, les plus de 65 ans représenteront 19 % de la population de la métropole. Le nouveau PLH prévoit de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées avec 300 logements adaptés par an, de créer 1 150 places en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), de développer 100 à 200 places en résidence autonomie, et 120 à 130 places en « logements intermédiaires seniors ». Mais le vieillissement n’est pas le seul défi à relever : entre 2013 et 2025, le nombre de 15-29 ans va augmenter de 13 %. 500 à 700 places en résidences étudiantes vont ainsi être créées et 400 places pour les jeunes actifs sont aussi programmées.

5/ Handicap : 100 % de logements accessibles

Alors que la loi Élan veut faire baisser ce taux à 10 %, la métropole nantaise maintient l’objectif de 100 % de logements accessibles à tous.

90

C’est l’objectif de production annuelle de logements pour la période 2019-2025 pour lequel s’engage Les Sorinières dans le nouveau PLH, le même que pour la période 2010-2018, avec 35 % de logement sociaux, afin de répondre aux nombreuses demandes et de rattraper le retard de la commune vis-à-vis de la loi SRU pour diminuer la pénalité financée par la Ville et donc les contribuables.


Création site Internet mairie